Répliques Breitling Montre Chrono-Matic 49 FR

Avec ses 49mm de diamètre, la Répliques Breitling Montre Chrono-Matic 49 est l’une des plus grandes montres d’aviateurs en production. TWO a testé pour vous un géant des airs au look très typé 70’s. Passage au crible.

1969 : naissance de la Flying Pizza

La Breitling Chrono-Matic originale a été présentée en 1969 et a marqué un tournant dans l’histoire de l’horlogerie.
Son mouvement, le calibre 11 – sur base Büren à micro-rotor avec plaque additionnelle de chronographe, a en effet été le premier mouvement chronographe automatique au monde.Breitling Chrono-Matic 49__
La Chrono-Matic sortait d’autre part de l’ordinaire avec un diamètre hors normes de 48 mm, du jamais vu à l’époque – dimensions qui lui ont d’ailleurs valu le surnom de Flying Pizza !
Continuant à surfer sur la vague des rééditions de ses modèles vintage, Breitling a sorti en 2008 une version modernisée (essayée aujourd’hui) de la Chrono-Matic historique.

Une montre au charme vintage

Une partie du charme des collections vintage de Répliques Breitling Montre vient de leur fidélité à l’esprit des modèles dont ils s’inspirent.
Comme le diamètre moyen des montres a augmenté au fil des ans, celui de la nouvelle Chrono-Matic n’a pas échappé à cette vogue en passant de 48 à 49 mm !
Ces dimensions en font ainsi l’une des plus grandes montres de la production horlogère actuelle.
A titre de comparaison, l’IWC Big Pilot essayée par TWO ne fait que 46 mm et les plus grandes Panerai plafonnent à 47 mm – exceptions faites de la PAM 341 Radiomir Egiziano de 60 mm et de la PAM 300 Mare Nostrum de 52 mm, même il s’agit là de pièces davantage destinées aux collectionneurs que dédiées à un porté au quotidien.
Le look 70’s est ici parfaitement préservé.
On retrouve les formes très géométriques – notamment au niveau du boîtier et des aiguilles – et les touches de couleurs vives typiques de l’époque.
Seule concession à la modernité, la lunette est surmoulée de caoutchouc, une tendance que l’on retrouve actuellement sur de nombreux modèles Breitling – dont la Superocean Nouvelle Vague essayée par TWO.

Une finition de qualité

La construction du boîtier est de très bon niveau.
A titre d’exemple, la manipulation de la lunette, qui entraîne la règle à calcul, est ferme et onctueuse. Il n’y a pas de jeu dans le mécanisme.

Breitling Chrono-Matic 49_
Comme il se doit pour une montre de pilote, la lunette est par ailleurs sécurisée par des vis latérales qui empêchent la perte du saphir en cas de dépressurisation brutale de la cabine.
Notons que le flanc du boîtier laisse apparaître ce qui ressemble à première vue à une valve à hélium. Ce qui serait plutôt insolite sur une montre qui n’a pas été conçue pour la baignade – en témoigne notamment son étanchéité limitée à 30 mètres.
Il s’agit en fait du bouchon permettant d’accéder au pignon entraînant la règle à calcul.
Le cadran est particulièrement bien fini et foisonne de détails sans apparaître trop chargé.
Notons par exemple le logo historique Répliques Breitling Montre en or appliqué à 12h et le guillochage des compteurs.
Les nombreuses écritures et indications sont parfaitement imprimées sur le cadran avec un léger relief de très belle facture.

Un mouvement simple mais robuste

Le mouvement de cette réédition n’est hélas pas le mythique calibre 11 mais plus simplement le calibre 14.
Il s’agit en fait d’un ETA 2892 certifié COSC et décoré par Breitling.
Ce mouvement fiable et robuste n’a plus à faire ses preuves et est capable d’une excellente précision quant il est bien réglé – ce qui est le cas ici avec l’exemplaire que nous avons essayé.
L’amateur avisé verra immédiatement (et regrettera sans doute), en raison de la position de la date et des sous compteurs du chronographe, que ce mouvement de petite taille flotte dans son boîtier de 49 mm.
Ceci étant, la présence de la règle à calcul et le design du cadran permettent d’en limiter le désagrément esthétique.
La date est ainsi plutôt bien intégrée et les sous compteurs ne semblent pas loucher comme c’est parfois le cas quand ils sont trop proches de l’axe des aiguilles.
Enfin, les poussoirs du chronographe sont d’une manipulation très agréable. Leur déclenchement est franc sans être trop ferme.

Au quotidien

Le bracelet en maille milanaise est lui aussi très bien réalisé.

Breitling Chrono-Matic 49-
Il contribue indiscutablement au look vintage du modèle, même si certains pourront le trouver trop seventies à leur goût.
Cela ne doit en aucun cas rebuter ceux que ce chronographe séduit.  Copies Breitling offre en effet un large choix de bracelets (cuir, caoutchouc, métal) pour chacun de ses modèles.
Ce bracelet en lui-même est confortable grâce à une très grande souplesse.
En revanche – et c’est le propre des bracelets en maille milanaise, il ne permet pas de verrouiller la montre sur le poignet comme le ferait par exemple un bracelet caoutchouc.
Ainsi, en raison de son diamètre et de son poids conséquent (204 grammes), la Chrono-Matic 49 a tendance à bouger un peu sur le poignet.
Rien de rédhibitoire cependant. Mais il convient de savoir que c’est une montre très présente au porté dont le confort n’est pas le principal atout. A essayer donc impérativement avant d’envisager son achat.

Enfin, la nouvelle Chrono-Matic reste tout à fait digne du surnom de Flying Pizza de son ancêtre.
Les 49 mm de diamètre en paraissent encore plus dans cette version à cadran blanc et en font une montre que l’on remarque de loin !
Heureusement, cette Répliques Breitling Montre demeure portable au quotidien grâce à ses cornes courtes – même sur un poignet de 17 cm.

Conclusion

Breitling nous propose avec cette Chrono-Matic 49 un chronographe qui séduira les amateurs à la recherche d’une pièce sortant des sentiers battus.
Sa très grande taille, légitime d’un point de vue historique ainsi que ses finitions de très bon niveau en font une pièce très attachante.

Breitling Chrono-Matic 49

Les + :

sa légitimité historique
la qualité des finitions
la lisibilité, diurne et nocturne

Les – :

un diamètre de boîtier déconseillé aux petits poignets – une montre à essayer
avant tout achat !
une étanchéité limitée

Information complémentaire :

poignet du rédacteur/testeur = 17 cm